La visite du village par audioguide

Roissy-en-France vous livre ses secrets

Prenons le temps d'une rencontre, d'une découverte surprenante et utile. La découverte d'un lieu atypique et fonctionnel. Tous les villages ont une histoire. Roissy a failli perdre la sienne. Mais le vrai village agricole aux origines gallo-romaines a résisté à l'expansion de l'aéroport. Un coin d'humanité où chaque témoignage du passé a été méticuleusement protégé et restauré.

 
Le parc de la mairie
Le parc de la mairie
Le village
Le village
Le village
Le village
Le village
Le village
Point Tourisme Information Terminal 1
 

L'audioguide, comment ?

undefined

Découvrez pas à pas l'histoire d'un village authentique et atypique... Laissez-vous conter Roissy-en-France, son église, son château, son parc, ses habitants...En dix-huit étapes, découvrez les vestiges, du château, l'église Saint-Eloi et l'histoire du village qui est passé en 20 ans de la charrue au supersonique.

Vous pouvez écouter des extraits de la visite en cliquant sur les vidéos ci-dessous.

Durée : entre 1 h et 1 h 30
Langues : français-anglais-espagnol
Prix : 1 € (Consigne location audioguide : une pièce d'identité sera demandée en tant que caution à l'Office de Tourisme).

Télécharger le document "Visite audio-guidée à Roissy-en-France". Fichier PDF (430 ko).

 

 

 

Écoutez des extraits de notre audioguide...

 

 

Légende

Un peu d'histoire

À la fin des années 1950, les responsables d'Aéroports de Paris prévoyaient à juste titre une expansion considérable du trafic aérien et la rapide saturation des plate-formes du Bourget et d'Orly. La construction d'un nouvel aéroport s'imposait.

En 1964, Roissy était un village du Pays de France de 1250 âmes dont 95 % des terres étaient encore agricoles.

Les années 1960 et 1970 seront vécus par les Roisséens comme un véritable cauchemar.

Avec l'interdiction de construire le village se dépeuplait. Pendant plusieurs années les habitants vont vivre dans l'incertitude la plus totale. Très peu de personnes imaginaient que la future construction de l'aéroport allait-être une formidable révolution économique locale et régionale.

Par arrêté du 13 janvier 1964, le gouvernement décida la construction d'un nouvel aéroport.
Celui-ci serait aménagé sur les terres agricoles du Pays de France, à 20 kilomètres au nord-est de la capitale. Les travaux amène son lot de nuisances, avec l'arrivée des engins de chantier et les importantes dégradations engendrées aux rues du village (camions, boue, canalisations détruites...), l'accès du chantier se faisant par la traversée du village.

Le 13 mars 1974, après des années de travaux, la commune vit l'inauguration et la mise en service de l'aéroport Charles-de-Gaulle, le plus grand d'Europe en superficie. Sa construction au début des années 1968 avait profondément modifié l'aspect de la Commune. 800 ha furent prélevés sur les 1400 ha du territoire communal. La perspective des nuisances acoustiques a provoqué une interdiction, au milieu des champs, de toute construction de logements neufs ce qui menaçait l'existence même du village à moyen terme.

Roissy est face à son destin. Ce n'est plus un village au milieu des champs, c'est un village à la recherche d'une nouvelle identité.

Les incertitudes qui pesaient sur son avenir avaient de quoi miner les initiatives. Son environnement est totalement bouleversé. A leur grand étonnement, les habitants du village se sont vite rendu compte qu'une vie était possible avec ce nouveau voisin. Cette heureuse constatation faite, il fallait redonner l'espoir, relancer le dynamisme de la population.

Cette année là, personne n'imaginait encore que le nom de ce village allait être prononcé par des gens de toutes nationalités, de tous les continents, destination : Roissy Charles de Gaulle.
En 1976, un an et demi après l'inauguration de l'aéroport, le premier hôtel ouvrait ses portes au n° 1 de la nouvelle allée du Verger. Une nouvelle ère économique naissait. De nouvelles possibilités s'ouvraient, mais avec de nombreuses difficultés à contourner.

En 1977, ce constat poussa la nouvelle municipalité conduite par André Toulouse (Maire de Roissy-en-France) à prendre plusieurs mesures :
en priorité obtenir un POS (Plan d'Occupation des Sols), un programme immobilier de cent logements fut décidé en plein centre-ville, permettant au passage de créer une trame urbaine plus cohérente au village. L'habitat insalubre fut progressivement éliminé, pour donner des logements décents aux anciens ouvriers agricoles. Ces constructions imposaient de revoir totalement l'alimentation en eau potable du village ainsi que son assainissement : un nouveau forage fut alors effectué en 1978 et mis en fonctionnement l'année suivante.

En 1980, le complexe sportif des Tournelles fut créé, et amélioré par la suite.

Enfin, l'équipe municipale encouragea la réhabilitation du bâti ancien en prenant en charge les demandes de subventions publiques, afin d'inciter les propriétaires à rénover le village tout en conservant son caractère.

Signe de renouveau, le premier permis de construire depuis 1964 fut délivré en 1979.

En octobre 1996, le centre culturel de l'Orangerie était inauguré.

En 2003, la Commune met en place, pour faire connaitre le dynamisme du secteur, l'Office de Tourisme...